Cette semaine, j’ai eu une demande pour traiter un acouphène. Apparemment, certains hypnothérapeutes sont familiers avec le sujet, moi pas.

Comme j’aime bien savoir de quoi on parle, je m’étais pas mal renseigné sur le sujet avant le rendez-vous, surtout sur le plan médical, et aussi du côté hypnose car une célèbre consœur a réalisé une chouette étude à ce sujet. Donc, j’étais plutôt « bien armé » face à ce cas.

Olivier, un quadra des environs se présente donc. Il a fait bilan ORL et neuro. Rien de spécial, l’ORL lui dit d’apprendre à vivre avec. C’est pourquoi il se tourne vers l’hypnose, qu’il ne connaît pas.
Je lui demande de me décrire ce qu’il entend : c’est un sifflement constant, incessant, qu’il a dans l’oreille droite depuis début décembre. Il arrive de lui-même à transformer ce sifflement en bourdonnement le soir afin de le rendre plus acceptable pour s’endormir. Vous voyez venir un travail sur les sous-modalités ? Ben non…

Moi, mon truc, c’est de travailler avec les émotions du client. Dès que j’en choppe une belle, je fonce dessus. Je lui demande donc s’il s’est passé quelque chose de spécial début décembre ou un peu avant. Et oui, une collègue a qui il parlait de sa perte d’audition (dont il souffre réellement) lui dit que s’il y a perte d’audition, il y aura acouphènes. Le soir même le sifflement commence pour ne plus s’arrêter… J’aurais engueulé ma collègue à sa place, lui non.

Mais lorsqu’il me parle de cet événement, pas d’émotion. Ça aurait été trop simple.
Je m’en vais explorer d’autres pistes et je lui demande de me décrire un peu sa situation familiale. Lorsqu’il m’apprend avoir 2 petites filles, je ne sais pas du tout pourquoi à cet instant, je lui demande leurs dates de naissance. Je m’étonne de m’entendre poser cette question. Et je sais encore moins pourquoi, mais quand il me donne la date de naissance de sa 1ère fille, Chloé, quelque chose passe en moi et me dit que cette date est la clé du problème. Alors non, je ne fais pas dans l’ésotérisme, je suis plutôt cartésien à la base. Ma femme appelle ça de l’intuition, mon « maître » en hypnose appelle ça de la communication d’inconscient à inconscient…

Je remonte donc l’histoire de mon client à la date de l’accouchement. Il m’apprend qu’il a eu alors la plus grande peur de sa vie. Sa fille est née par forceps et il a cru perdre sa femme. Pas sa fille. Là, ses yeux se mettent à briller. Grâce à des techniques de sioux, en fait en posant les bonnes questions, j’en conclue que non, ce n’est pas l’accouchement qui est à l’origine du symptôme. Pourquoi se serait-il déclaré 8 ans après alors que rien à cette époque ne rappelait l’événement initial ?

Chose que beaucoup d’hypnos n’aiment pas faire, je repars à la pêche aux infos. On pourrait travailler sans avoir la cause ou l’événement déclencheur, on n’est pas des psys. Mais j’aime faire l’enquêteur.
Donc, retour en novembre-décembre. « Olivier, qu’est-ce qui se passe à ce moment là qui vous fait peur ou que vous ne voulez pas entendre ? » Et là, des pleurs : on croit avoir déceler chez sa plus jeune fille, Marine, des troubles autistiques et il craint pour son avenir. Est-ce ça qu’il ne veut pas entendre ? Ça collerait parfaitement au symptôme ! Moins au tilt que j’ai eu sur la date de naissance de Chloé par contre. Repartons en transe pour nous en assurer…

Régression au jour de la naissance de Chloé parce que, quand même, cette date… Là, peur++ pour sa femme, il me dit surtout qu’il ne voulait pas de l’enfant, qu’il l’a eu pour faire plaisir à sa femme… On va un peu plus loin, enfin un peu plus près de nous, il délaisse un peu Chloé, ne s’en occupe pas assez (selon lui)… Encore plus près de nous, il lui en veut même de ne pas aimer sa petite sœur qui, elle, a beaucoup plus besoin de lui… Je crois que là, j’ai résolu l’énigme. Sortie de transe.
Je lui demande comment il est, là, son bruit dans l’oreille. Il s’est transformé de lui-même en bourdonnement peu audible.
Je lui dit alors, sans vouloir le heurter mais pour le bousculer « légèrement », ma déduction : « Olivier, ce bruit dans l’oreille, c’est simplement Chloé qui vous appelle, elle a aussi besoin de vous. » Pleurs+++. Retour en transe pour futurisation puis sortie de transe.
« Comment il est là, maintenant le bruit ? » Il n’y a plus de bruit. Ce sifflement incessant a bel et bien cessé. Et il n’est, à ce jour, pas revenu.

C’est un cas atypique car c’est moi qui donne la réponse. On peut dire qu’il y a interprétation de ma part ou on peut voir ça comme une certaine prescription de tâche, celle de prendre plus de temps avec Chloé.
Comme toujours, les émotions ne trompent pas. Et, apparemment, combinées au tilt, ça fait mouche !

J’avoue que je ressens de plus en plus fréquemment ce « tilt » intuitivement inconscient, et que c’est plutôt sympa… Vous connaissez ça aussi ?

Comment induire facilement l'état d'hypnose ? Soyez votre 1er cobaye, téléchargez gratuitement le guide de l'auto-e-pnOse !

Vous allez recevoir votre manuel de formation, vérifiez votre boîte mail !

Share This